Contribuer à accélérer le diagnostic d’amylose ATTR héréditaire

Envisager l’amylose hATTR lors de vos diagnostics différentiels

En raison de la progression naturellement rapide de la maladie, les patients souffrant d’amylose hATTR nécessitent un diagnostic rapide et précis.1-3 Étant donné que les symptômes de l’amylose hATTR peuvent se superposer à ceux d’autres maladies, le détail des précédents diagnostics peut aider à identifier les patients souffrant d’amylose hATTR1,2,4,5

Maladies dont les symptômes se superposent à ceux de l’amylose hATTR1,2,4,5
Manifestation clinique Diagnostics potentiels
Ataxie et engourdissement au niveau des pieds
  • PIDC
Troubles de la fonction motrice
  • SLA
  • Polyradiculoneuropathie motrice
Neuropathie affectant les membres supérieurs
  • Syndrome du canal carpien
  • Polyneuropathie idiopathique
  • Neuropathie paranéoplasique
  • PIDC
  • Neuropathies motrices
Faiblesse au niveau des pieds, des chevilles, des jambes
  • Maladie de Charcot-Marie-Tooth
Douleur et picotements en cas de consommation abusive d’alcool
  • Neuropathie alcoolique
Polyneuropathie associée au diabète
  • Neuropathie diabétique
Polyneuropathie avec preuve de dépôts d’amyloïdes
  • Amylose AL
  • Amylose AA

Chez les patients présentant des symptômes neuropathiques, l’erreur de diagnostic la plus fréquente est la PIDC.14

AA = amyloïde A; AL = amylose à chaîne légère; SLA = sclérose latérale amyotrophique; PIDC = polyradiculonévrite inflammatoire démyélinisante chronique.
Évaluation du diagnostic Diagnostics potentiels
Hypertrophie ventriculaire gauche
Dysfonction diastolique
Insuffisance cardiaque à fraction d’éjection préservée
  • Cardiopathie hypertensive
  • Cardiomyopathie hypertrophique
  • Maladie de Fabry
  • Amylose AL

Chez les patients souffrant de cardiomyopathie, un diagnostic précis peut s’avérer encore plus indispensable dans la mesure où certains médicaments indiqués dans les affections cardiaques courantes peuvent être nocifs. Ces médicaments sont susceptibles d’interagir avec les fibrilles amyloïdes et d’induire des effets négatifs. 15

Reconnaître les symptômes d’alerte. Suspicion d’amylose hATTR.

Groupes de symptômes d’alerte associés à l’amylose hATTR

Neuropathie sensitivo-motrice symétrique progressive et 1 des éléments suivants :

Syndrome du canal
carpien bilatéral

Néphropathie
(ex., protéinurie ou insuffisance rénale)

Dysfonctionnement autonome précoce
(ex., dysfonction érectile
ou hypotension posturale)

Troubles gastro-intestinaux
(ex, diarrhée chronique,
constipation ou
diarrhée/constipation)

Perte de poids
inexpliquée

Manifestations cardiovasculaires
(ex., bloc de conduction, cardiomyopathie ou arythmie)

Opacités vitréennes

Antécédents familiaux positifs

Signes complémentaires : Progression rapide de la maladie et défaut de réponse au traitement immunomodulateur

Adapté d’après Conceição I, et al. J Peripher Nerv Syst. 2016;21(1):5-9.

Résultats cliniques susceptibles d’indiquer une amylose hATTR

Antécédents et résultats cliniques
Insuffisance cardiaque à fraction d’éjection normale ou préservée en l’absence d’hypertension, surtout chez l’homme
Hypotension chez une personne ayant déjà souffert d’hypertension
Preuve d’insuffisance cardiaque droite:
perte d’appétit, hépatomégalie, ascites et œdème au niveau d’un membre inférieur
Intolérance aux traitements cardiovasculaires courants: digoxine, inhibiteurs calciques, inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine, antagonistes des récepteurs de l’angiotensine et bêta-bloquants
Syndrome du canal carpien bilatéral
Résultats des examens d’imagerie
ECG
  • Micro voltage QRS ± septum interventriculaire épais (faible rapport voltage-masse)
  • Aspect de pseudo-infarctus
  • Réduction progressive du voltage QRS au fil du temps
Écho
  • Septum interventriculaire épais
  • Myocarde réfractile (granuleux et brillant)
  • Faibles vélocités au Doppler tissulaire, déformation ou vitesse de déformation
IRMC
  • Septum interventriculaire épais
  • Rehaussement sous-endocardique tardif après injection de gadolinium
Scintigraphie
  • Absorption cardiaque de 99mTc-DPD ou 99mTc-PYP
Envisagez en outre l’amylose hATTR chez un(e) patient(e) présentant des antécédents familiaux de L’UN OU L’AUTRE de ces symptômes
Adapté d’après Dharmarajan K, Maurer M. J Am Geriatr Soc. 2012;60(4):765-774.
ECG = électrocardiogramme ; IRMC = imagerie par résonance magnétique cardiaque;
DPD=acide 3,3-diphosphono-1,2-propanodicarboxylique; PYP=pyrophosphate.

Que le/la patient(e) présente principalement une cardiomyopathie ou une polyneuropathie, l’obtention des antécédents familiaux représente une étape importante dans le processus de diagnostic.1,2,16

Si le/la patient(e) n’a pas connaissance d’amylose hATTR au sein de sa famille, il peut être utile de lui demander si des parents ont présenté certains symptômes, même différents des siens ou s’il y a eu des décès prématurés, afin d’identifier un antécédent familial.

Confirmation d’un diagnostic d’amylose hATTR

Si vous suspectez une amylose hATTR, la recherche du diagnostic peut comprendre1,4,15 :

  • Examen cardiaque et/ou neurologique
  • Test génétique
  • Biopsie tissulaire
  • Identification de la protéine amyloïde
Réalisation d’un examen neurologique
Électromyogramme
Réponse cutanée sympathique (RCS)
Fréquence cardiaque au cours d’une respiration profonde
Évaluation Sudoscan de la conductivité électrochimique de la peau
Antécédents médicaux
Analyses biologiques visant à exclure toute polyneuropathie imitative

Analyse génétique visant à déterminer la mutation pathologique

Biopsie tissulaire + coloration rouge Congo
Glande salivaire
Tissu adipeux sous-cutané abdominal
Muqueuse rectale
Nerf saphène
Cutané
Gastrique

Identification de la protéine amyloïde
Immunohistochimie
Spectrométrie de masse
Examen cardiaque
Électrocardiographie (ECG)
Échocardiographie
Biomarqueurs sériques cardiaques
Imagerie par résonance magnétique cardiaque
Scintigraphie nucléaire avec 99mTc-DPD ou 99mTc-PYP

Analyse génétique visant à déterminer la mutation pathologique

Biopsie tissulaire + coloration rouge Congo

Identification de la protéine amyloïde
Immunohistochimie
Spectrométrie de masse

Références :

  1. Adams D, Suhr OB, Hund E, et al. First European consensus for diagnosis, management, and treatment of transthyretin familial amyloid polyneuropathy. Curr Opin Neurol. 2016;29(Suppl 1):S14-S26.
  2. Conceição I, González-Duarte A, Obici L, et al. “Red-flag” symptom clusters in transthyretin familial amyloid polyneuropathy. J Peripher Nerv Syst. 2016;21(1):5-9.
  3. Obici L, Kuks JB, Buades J, et al. Recommendations for presymptomatic genetic testing and management of individuals at risk for hereditary transthyretin amyloidosis. Curr Opin Neurol. 2016;29(suppl 1):S27-S35.
  4. Ando Y, Coelho T, Berk JL, et al. Guidelines of transthyretin-related hereditary amyloidosis for clinicians. Orphanet J Rare Dis. 2013;8:31.
  5. Ruberg FL, Berk JL. Transthyretin (TTR) cardiac amyloidosis. Circulation. 2012;126(10):1286-1300.
  6. Adams D, Théaudin M, Cauquil C, et al. FAP neuropathy and emerging treatments. Curr Neurol Neurosci Rep. 2014;14(3):435.
  7. Adams D, Lozeron P, Lacroix C. Amyloid neuropathies. Curr Opin Neurol. 2012;25(5):564-572.
  8. Szigeti K, Lupski JR. Charcot-Marie-Tooth disease. Eur J Hum Genet. 2009;17(6):703-710.
  9. Zeng L, Alongkronrusmee D, van Rijn RM. An integrated perspective on diabetic, alcoholic, and drug-induced neuropathy, etiology, and treatment in the US. J Pain Res. 2017;10:219-228.
  10. Shin SC, Robinson-Papp J. Amyloid neuropathies. Mt Sinai J Med. 2012;79(6):733-748.
  11. Lalande S, Johnson BD. Diastolic dysfunction: a link between hypertension and heart failure. Drugs Today (Barc). 2008;44(7):503-513.
  12. Rapezzi C, Longhi S, Milandri A, et al. Cardiac involvement in hereditary-transthyretin related amyloidosis. Amyloid. 2012;19(suppl 1):16-21.
  13. Linart A. The heart in Fabry disease. In: Mehta A, Beck M, Sunder-Plassmann G (eds). Fabry Disease: Perspectives from 5 Years of FOS. Oxford: Oxford PharmaGenesis; 2006. Chapter 20.
  14. Cortese A, Vegezzi E, Lozza A, et al. Diagnostic challenges in hereditary transthyretin amyloidosis with polyneuropathy: avoiding misdiagnosis of a treatable hereditary neuropathy (published online. J Neurol Neurosurg Psychiatry. 2017;0(0). doi: 10.1136/jnnp-2016-315262.
  15. Dharmarajan K, Maurer MS. Transthyretin cardiac amyloidosis in older North Americans. J Am Geriatr Soc. 2012;60(4):765-774.
  16. Tan BY, Judge DP. A clinical approach to a family history of sudden death. Circ Cardiovasc Genet. 2012;5(6):697-705.
  17. Castro J, Miranda B, Castro I, et al. The diagnostic accuracy of Sudoscan in transthyretin familial amyloid polyneuropathy. Clin Neurophysiol. 2016;127(5):2222-2227.